Aujourd’hui j’ai testé… Chloe Sevigny

J’adore Chloë Sevigny. Pourquoi ? Parce qu’on dirait qu’elle n’a peur de rien.
Elle dégage cette espèce d’assurance, de courage, de je m’enfoustisme, de je fais ce que je veux, avec mes cheveux – et pas que… Icône du cinéma US indé, elle se met sans arrêt artistiquement en danger, sans se préoccuper du qu’en dira-t-on.
Vous l’avez vu dans « Hit & Miss » ? Dans cette mni-série – beaucoup trop courte – elle incarne un transexuel homme vers femme, tueur à gages de profession, qui apprend qu’il a un fils d’une ex petite amie décédée et doit en assumer la garde. Elle y est splendide.

Sans oublier le scandale que suscita sa scène de fellation non-simulée dans le film « The Brown Bunny«  réalisé par Vincent Gallo.

Il en faut des balls pour blow un mec devant la caméra, sans pour autant tourner un porno, non ?! (certes, l’authenticité du montrueusement viril membre de Vincent Gallo n’a jamais été prouvé…)

Bref. J’imagine que ces derniers clichés de Chloë Sevigny ne vous ont pas échappés.

Chloë Sevigny avec une culotte-homard :

 

Chloë Sevigny en vierge encadenassée :

 

Chloë Sevigny les fesses à l’air :

 

L’actrice de « Boys Dont Cry«  pose sous l’objectif de Brianna Capozzi pour le Marfa Journal
Il s’agit d’une série de fausses affiches de films ayant pour thème… le slip.
Mais oui pardi ! Ceci explique cela.

Art ou Provoc’ ? En tout cas, ce photoshoot bizarre et fascinant à la fois lui resemble.
Vous en pensez quoi vous ?

Et parce qu’en plus, elle a beaucoup d’humour, Chloë a par la suite, donné des news du homard :

View this post on Instagram

y'all officially been served @chloessevigny ❤️xo

A post shared by Brianna Capozzi (@briannalcapozzi) on

 

The End.